Où bivouaquer en Ile-de-France ?

Pour m’isoler un peu de la pollution urbaine, rien ne vaut pour moi une petite excursion en forêt ou en montagne. Et figurez-vous que des lieux de bivouac existent bel et bien en Ile-de-France.

Bivouaquer en Ile-de-France ? C’est possible !

C’est mon meilleur ami, par ailleurs grand adepte du camping sauvage et du bivouac, qui m’y a initié il y a quelques mois de cela. Depuis, dès que l’occasion se présente, équipé de mon lit de camp, j’organise régulièrement des escapades en forêt ou dans des parcs nationaux en compagnie d’amis, de connaissances ou de collègues de travail. Malheureusement, véritable citadin, je ne peux tout simplement pas vivre loin des bruits et des brouhahas urbains.

Toutefois, pour changer d’air, mais surtout pour me retrouver au cœur de la nature, j’essaie de partir en randonnée ou en trek une fois par mois au maximum : pas d’autres choix puisque mes lieux d’escapade se trouvent souvent à des centaines de kilomètres de mon lieu de résidence. Mais maintenant, dans la mesure où de tels endroits existent aussi en Ile-de-France, je n’ai plus besoin de me rendre aussi loin. Mieux, on peut même camper à la belle étoile sur place, lorsque c’est autorisé.

Et c’est comme cela que j’ai découvert les joies du bivouac. Parmi les lieux où je me suis déjà rendu, la forêt de Fontainebleau dans l’Essonne reste mon préféré, particulièrement les gorges de Franchard avec le très célèbre parcours Alfred de Musset. Autrement, à seulement une vingtaine de kilomètres de Paris, la forêt domaniale de Marly vaut aussi le détour avec ses hectares de zones sauvages. Enfin, auparavant propriété de l’église, le bois Notre-Dame propose de magnifiques sentiers de promenade, dans l’Est parisien.

Les règles d’or à respecter pour un bivouac réussi

bivouac

Dans la mesure où vous êtes en communion totale avec la nature, le bivouac en montagne ou en forêt peut être une expérience inoubliable et romantique, notamment pour les couples. Néanmoins, sans quelques préparatifs des matériels nécessaires, l’expérience peut vite se transformer en cauchemar. C’est pourquoi, pour éviter d’être surpris par la pluie et le froid, je me renseigne toujours sur la météo avant de me décider.

Mais le choix de l’emplacement est aussi primordial. Qui plus est, il y a des endroits où le bivouac et le camping sauvage sont interdits. Ne pas oublier de s’informer auprès de la commune. Et dans le cas où vous êtes dans un domaine privé, demandez l’autorisation des propriétaires. Pour ma part, pour m’assurer que ma tente soit bien stable et confortable, je privilégie les terrains plats, si possible à l’abri du vent.

En outre, j’évite les zones bordant une rivière ou un cours d’eau, ces dernières sont particulièrement humides. Enfin, concernant les équipements, les nuits en forêt et en montagne sont froides. Un sac de couchage chaud et bien douillet est nécessaire. Sinon, faites comme moi, dormez sur un lit de camp. Cela vous évitera d’entrer en contact direct avec le sol. De la marque Bestway, Outwell ou Highlander, vous trouverez facilement des modèles équipés de sac de rangement et donc facilement transportables.

Écrit par Jim le dans Destination France

Commentaire

Nom

Adresse de contact

Site web

Commentaire

Code de sécurité : wiiu3csuum